12. octobre 2021

Nous sommes Medbase

Nous sommes Medbase

Un large éventail de spécialistes travaillent chez Medbase sous un même toit pour assurer la prise en charge globale des patients/es dans les domaines de la médecine, de la thérapie, de la pharmacie et de la médecine dentaire, ou sur place pour les clients entreprises. Découvrez qui nous sommes.

La Dre méd. Jacqueline Krane-Nuber et la Dre méd. Christina Marti-Camenzind  se partagent la direction de la médecine de famille au centre Medbase Abtwil.

D'aucuns prétendent encore que le job-sharing ne se prête pas aux postes de cadres. Vous êtes la preuve du contraire. Comment faites-vous?
J. Krane-Nuber: Une bonne communication est indispensable. Nous nous appelons au moins une fois par jour ou nous nous concertons sur place.
Ch. Marti-Camenzind: Et puis nous sommes très flexibles. Nous nous substituons mutuellement et travaillons si nécessaire à 100% de temps à autre.

Les supérieurs hiérarchiques semblent craindre une surcharge pour la coordination, une augmentation des erreurs de transmission ou une multiplication des absences pour s'occuper d'un enfant malade.
J. Krane-Nuber: Nous connaissons bien ces réticences, mais notre expérience dit tout autre chose. La souplesse de l'organisation que nous mettons en place entre nous préserve l'équipe et les supérieurs.
Ch. Marti-Camenzind: Nous avons déjà pratiqué avec succès plusieurs partages de poste. Dans le cadre d'un projet pilote, nous avons même montré que cette formule pouvait parfaitement s'envisager dans un service de soins intensifs.

Comment vous répartissez-vous les tâches dont vous avez la responsabilité commune?
Ch. Marti-Camenzind: Les modalités organisationnelles découlent en fait de nos horaires décalés: je suis là tous les jours, et Jacqueline est présente au cabinet trois jours. Prenons un exemple: Jacqueline assure les réunions du lundi, de mon côté je peux rentrer le midi et cuisiner pour ma famille. Et c'est moi qui dirige la réunion le mercredi. Le soir, nous échangeons par téléphone. Il n’y a pas de répartition de l’activité de médecin. Chacune forme des médecins assistants et nous ne nous attribuons pas les patients en fonction de la discipline, nous nous épaulons si besoin. Cela nous est profitable à toutes les deux.

On voit que vous êtes une équipe parfaitement rodée. Est-ce que le job-sharing marche aussi si l'on ne se connaît pas déjà ou que l'on ne partage pas grandchose sur le plan privé?
J. Krane-Nuber: Je pense que la réussite du job-sharing ne dépend pas de l'entente dans la sphère privée. L'essentiel est une bonne communication dans le cadre du travail. Et si ça «colle» sur le plan humain, alors c'est encore plus agréable.

La pratique du job-sharing n'a donc que des avantages?
Ch. Marti-Camenzind: Pour nous en tout cas! Mon temps partiel me permet de mener une vie variée et et de revenir au travail avec une fraîcheur d’esprit renouvelée. J'apprécie aussi beaucoup tout ce que m'apporte et m'apprend Jacqueline.
J. Krane-Nuber:Je vois les choses de la même façon. Avec notre flexibilité et nos méthodes de travail différentes, nous pouvons apporter une valeur ajoutée à la prise en charge globale des patients. Je dois dire honnêtement que nous sommes prêtes à nous investir plus pour ce formidable mode de travail.

(Text: Dr. med. Jacqueline Krane-Nuber und Dr. med. Christina Marti-Camenzind)

Medbase on Facebook
en haut

Nous utilisons des cookies et des technologies similaires pour améliorer l'expérience de l'utilisateur sur notre site web. Pour de plus amples informations, veuillez consulter notre déclaration de protection des données. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies et de technologies similaires.